Le Sifflement du serpent

Le Sifflement du serpent, Kyllyn'
J’ai germé dans l’obscurité, aussi méfiante et maladive qu’une plante privée de lumière. Mes feuilles ont l’odeur du papier, de l’encre et de la poussière. Autour de moi s’enroulent les anneaux du serpent bleu, Adam, mon compagnon de toujours. Sinueux dans le silence, ils crissent et se resserrent… Jusqu’au jour où Bara, touchée par le soleil, est venue disperser les ombres.

Arrachée à la solitude par une amitié à éclipses, Évelyne se hasarde à la découverte d’un avenir empreint de désuétude. Et malgré l’emprise étouffante de son ennemi imaginaire, elle s’emploie à reverdir ses déserts affectifs...

Broché

eBook

· Extrait ·

Mon nom n’a pas d’importance, mais le sien en aura une. Je dois le choisir avec soin, car il sera le partenaire de toute une vie ; la simple idée de l’appeler devra me faire monter le sourire aux lèvres.

Je réfléchis longtemps, trop, peut-être, pour ce choix décisif. Un ami loyal ne se laisse pas au hasard.

Je trouvais un nom dont je n’eus jamais à rougir : Adam. N’y avait-il pas de plus fidèle compagnon pour l’Ève que j’étais? Adam. Nous nous rencontrerions donc ainsi : dans les ombres d’un Éden  qui serait notre paradis réservé.

Il n’y eut pas d’Adam.

Soit que mes parents eussent menti, soit qu’ils eussent oublié, le résultat fut le même : je ne connus jamais le bonheur de côtoyer le meilleur ami de l’homme, ni d’en devenir la meilleure amie. À la place, je reçus une plante : un bouquet de feuilles écarlates veinées de bleu. Ma déception fut sans limites. La plus cruelle, sans doute, de toutes celles qu’ils m’avaient infligées durant ma courte vie. Du haut de mes six années, je la gravais à jamais dans ma mémoire balbutiante.

Je survécus à cette trahison, mais jamais son souvenir ne me quittait. Elle teintait les rencontres de défiances; les promesses, de doutes; les amitiés, de remords… Elle se tapissait dans mes gestes; dans les regards que je jetais sur mes alentours, puis sur le monde dans son ensemble. Elle surgissait toujours au moment le plus importun, me paralysant de son souvenir, se grossissant de ceux que je créais au fil de mes échecs.

Je devins une enfant méfiante, fuyant la société de mes camarades en faveur de celle des plantes, que l’on m’imposait, mais surtout de celles des grands auteurs qui me transmettaient leur connaissance. On ne m’appelait même pas le petit rat de bibliothèque : j’étais bien trop discrète et insignifiante pour cela —une souris, au mieux, cachée au plus profond d’un livre et prête à mordre quiconque tenterait de l’approcher.

Pourtant, dans le secret de mon antre solitaire, j’enviais ces autres qui savaient s’entendre, parler, échanger autrement que par des rougeurs ou des marmonnements forcés. Je rêvais à un ami avec qui faire les quatre cents coups, à qui confier mes peines au cœur de la nuit, à qui offrir mon épaule quand ses larmes couleraient : à cet Adam que je n’avais jamais connu.

Les années passèrent, faisant de moi une fillette instruite et d’apparence mesurée. J’entrai dans l’adolescence le cœur morose, les idées noires, et la solitude enchaînée à l’âme.

Je ne sais ce qui me fit lever la tête : un souffle de vent, le froissement d’un tissu, peut-être, ou le raclement discret d’un ongle sur une couverture de cuir. Mes yeux cerclés de fer s’égarèrent sur le profil d’une camarade que je ne connaissais pas. Surprise de découvrir un visage nouveau dans mon antre, qui plus est, ne craignant pas de s’asseoir à ma table, je la dévisageai ouvertement. Elle s’était installée sans que je m’en aperçoive, silencieuse comme une ombre, tournant les pages de son livre avec toute la délicatesse du respect. Ses traits m’évoquaient les déesses indiennes qui illustraient certaines de mes lectures; sa peau couleur de soleil semblait scintiller dans l’éclat blanc des lampes. Elle enroulait une mèche noire et bouclée autour de son doigt en une spirale infinie. Je me laissai hypnotiser par ce mouvement.

«Eh bien, qu’y a-t-il?»

Sa voix me fit sursauter. Presque honteuse de m’être laissée surprendre, je cherchai à bafouiller un «rien» qui ne vint pas. Une étincelle de compréhension incendia ses yeux d’un marron presque noir, muant son expression neutre en amusement. Je n’y trouvai pas trace de la moquerie habituelle de mes camarades. Cela me rasséréna, me permettant de reprendre enfin ma respiration.

«Je m’appelle Bara, enchantée!

— Ève…», murmurai-je en observant sa main tendue sans la saisir. Elle ne s’en formalisa pas, et commença aussitôt à me parler de son livre. Dans le silence feutré de la bibliothèque ses inflexions esquissaient une histoire que je connaissais bien : celle de Loew, qui fabriqua un golem dont le contrôle lui échappa, et qui dut détruire sa créature. Je me laissai porter par ses mots, redécouvrant avec elle ce que je savais déjà, n’osant l’interrompre de crainte de rompre l’enchantement.

Ce fut la sonnerie qui s’en chargea. Dès que son timbre retentit, Bara se tut —un brouhaha attira notre attention vers la porte, où les autres élèves se massaient. Quand je reposai mes yeux sur elle, la place était vide. Pas un mot d’au revoir. Le boa familier de la trahison se logea dans ma gorge. L’espace de quelques minutes, j’avais su l’oublier.

Le lendemain, j’évitai consciencieusement la bibliothèque, trop anxieuse à l’idée d’y croiser une certaine personne avant d’avoir démêlé les anneaux écailleux qui enserraient mon cœur. Je m’assis sur le banc le plus isolé que je trouvai et tentai de me plonger dans mon livre. Les bruits de la cour me déconcentraient, moi qui avais pris l’habitude du silence feutré des rayons de couvertures en cuir. J’esquissai une moue dépitée en observant tous ces gens qui jouaient entre eux. Fallait-il vraiment tant crier pour s’amuser?

«Bruyants pour pas grand-chose, n’est-ce pas?

— Bara?

— Ève.»

· Fin de l'extrait ·

4.5/5

Le Sifflement du serpent

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur tumblr
Partagez une carte postale votre avis vos fanarts vos fanfics ...
Le Sifflement du serpent, Kyllyn'

Le Sifflement du serpent

2 Réponses

Quelles sont vos impressions de voyage ? Vos analyses, vos émotions… tout nous intéresse. Et si cette aventure vous a inspiré, partagez vos créations artistiques en lien dans les commentaires ! C’est grâce au recoupement de points de vue divergents que nous parviendrons à comprendre cet univers…

2 réflexions sur “Le Sifflement du serpent”

  1. L’atmosphère créée par Le sifflement du serpent déteint très agréablement sur l’état d’esprit sous forme d’une mélancolie contemplative des plus suaves.
    Ce voyage et les questionnements qu’il pose vaut le détour !

  2. Pilote InterDim L·A·M

    Cette histoire a plusieurs niveaux de lecture, et évolue de même. On pense plonger dans un univers fantastique, presque gothique, mais on découvre au fur et à mesure qu’il s’agit d’un univers d’anticipation… Le désert, que l’on foule à peine, est pourtant présent à chaque ligne. Un texte ambigu, fascinant de symbolisme, que je vous recommande chaudement !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Embarquez pour une autre aventure !

Découvrez nos P·I·Ps !

La prochaine étape de notre implantation sur Terre consiste à proposer des Portails Interdimensionnels de Poche.

Grâce à la souplesse et la légèreté de leur petit format, vous pourrez les transporter partout avec vous !

Vous les trouverez sur notre site dès que nous aurons compris comment fonctionne l’administration terrienne…

À venir : Voyages Stellaires

Une fois que nous aurons mis en place les P·I·Ps (Portails Interdimensionnels de Poche), nous voulons instaurer des moyens plus conséquents pour traverser les dimensions.

Nos équipes de recherche travaillent donc sur d’élégants véhicules de traversée Inter-Dim, grands et solides, optimisés pour le Voyage Stellaire.

Ces formats prestigieux seront proposés en éditions limitées, dans le but de proposer des ouvrages aussi variés qu’inoubliables.

Pilote Inter·Dim
Logo des éditions du Transimaginaires 2019

Photographie de Plume : Kyllyn'

Kyllyn’ est née en France, entre des murs de livres et des passionnés de littérature. Résidente du monde, ou des mondes, selon les pages, son besoin de nouveauté l’a poussée à prendre racine sur les berges florissantes du Danube.

C’est sur un pari qu’elle s’est essayée à l’écriture. Depuis, elle s’efforce de sortir de sa zone de confort en se lançant des défis individuels. Elle est d’ailleurs une participante assidue du NaNoWriMo depuis 2012, ce qui a bouleversé son rapport à la rédaction.

Kyllyn’ a eu la chance de rencontrer des personnes merveilleuses qui ont changé sa vision du monde. Ce sont leurs messages qu’elle veut faire passer à travers ses textes, c’est pourquoi elle a décidé de s’aventurer à les publier. Elle cherche à trouver un équilibre entre la réalité de notre univers et sa magie…

Ses premières amours littéraires sont la Fantasy et la SF, secondés par des livres plus terre-à-terre qui l’ont menée de fil en aiguille aux biographies et aux romans historiques. En ce moment, elle travaille principalement sur deux œuvres : L’Alkékenge, et un récit de fantasy urbaine.

Retrouvez Kyllyn’ en ligne : NaNoWriMo · Scribay · Facebook

··· TOUTES SES OEUVRES ···

Le Sifflement du serpent
Le Sifflement du serpent, Kyllyn'

Le Sifflement du serpent

J’ai germé dans l’obscurité, aussi méfiante et maladive qu’une plante privée de lumière. Mes feuilles ont l’odeur du papier, de l’encre et de la poussière. Autour de moi s’enroulent les anneaux du serpent bleu, Adam, mon compagnon de toujours. Sinueux dans le silence, ils crissent et se resserrent… Jusqu’au jour où Bara, touchée par le soleil, est venue disperser les ombres.

Arrachée à la solitude par une amitié à éclipses, Évelyne se hasarde à la découverte d’un avenir empreint de désuétude. Et malgré l’emprise étouffante de son ennemi imaginaire, elle s’emploie à reverdir ses déserts affectifs...

Kyllyn’

Veuillez vous enregistrer pour accéder au Transimaginaires

DÉPART : Votre dimension > DIRECTION : Les autres mondes