Article merveilleux / fantasy
Vous avez du mal à différencier la fantasy des autres genres de l'imaginaire ? C'est normal ! Mais ce n'est pas si compliqué, laissez-moi vous expliquer pourquoi...

Sommaire

~ 6 minutes

Plus connu aujourd’hui sous l’appellation anglaise de « fantasy », le genre merveilleux nous entraîne en pays imaginaire pour une aventure affranchie de toutes les règles. Adieu aux lois physiques, aux contraintes sociales et au monde tel que vous le connaissez : vous voici dans l’univers des possibles. Dans ce bac à sable gigantesque, la pensée humaine explore en toute liberté les concepts les plus extraordinaires, et vous propose un périple dépaysant en réalités alternatives.

Définition de la fantasy en tant que genre

Aujourd’hui, les termes fantasy et merveilleux se recoupent, bien qu’ils ne signifient pas la même chose. Quand on parle de fantasy (ou fantasie par francisation de cet anglicisme), on désigne soit le genre merveilleux, soit son sous-genre, qui est vraiment de la fantasy. Il est par conséquent difficile de définir cette catégorie très riche sans s’emmêler les stylos.

Le genre merveilleux

Le merveilleux désigne les histoires où la magie fait partie intégrante du monde du récit. Si vous avez suivi, on utilise aussi l’anglicisme fantasy pour en parler.

Contes

Les contes sont l’exemple le plus typique du merveilleux. On y trouve des fées, des sorcières, des créatures extraordinaires… et les personnages trouvent cela parfaitement naturel. Si vous ne connaissez pas les contes, je vous invite à vous plonger dans ces récits en commençant par les contes de Grimm ou de Perrault, un peu édulcorés mais déjà moins que leurs réécritures contemporaines.

Osez ensuite vous aventurer à la découverte des contes issus d’autres cultures, par exemples les très célèbres Mille et une Nuits. Chaque culture compte des contes, et vous remarquerez que les approches peuvent être très différentes les unes des autres, mais qu’il existe aussi des récits qui ont voyagé de pays en pays et se retrouvent un peu partout sur Terre. Une culture commune qui remonte aux ancêtres de l’humanité !

Mythologie

Un autre exemple, tout aussi pertinent et qui imprègne toutes les cultures aujourd’hui sont les contes mythologiques. Il s’agit de récit explorant le divin et le rapport des êtres humains aux divinités. Vous avez certainement entendu parler de l’Illiade et de l’Odyssée, attribués à Homère, ou des Métamorphoses d’Ovide, qui compilent les aventures du Panthéon gréco-romain. La Torah, la Bible et le Coran correspondent également à cette définition d’exploration mythique, mais comme ce sont des livres utilisés aujourd’hui par leurs religions respectives, on parlera plutôt de théologie que de mythologie.

Le sous-genre fantasy

Le sous-genre de la fantasy en tant que tel désigne un type de récit merveilleux en particulier, imprégné du registre épique ou mythologique. On pourrait dire que c’est une version longue et développée des contes, qui prend le temps d’introduire plus de matière dans le récit. Ce sont des textes un peu ardus pour les néophytes, donc si vous le souhaitez, commencez par visionner les films en rapport, qui vous aideront à suivre l’intrigue.

Chansons de geste

La fantasy est un genre immémorial qui existe dans toutes les cultures. En France, on connaît notamment la légende arthurienne (dite « matière de Bretagne »), qui raconte les aventures du légendaire roi Arthur et de ses chevaliers de la Table ronde.

Je vous recommande à ce sujet de lire le Roman du Graal par Chrétien de Troyes, et d’enchaîner sur sa suite par un anonyme. Il est fascinant de constater la différence de mœurs entre les deux romans. Par exemple, les relations bisexuelles sont si habituelles dans la première partie que l’auteur suivant s’est senti obligé, sans doute par zèle religieux, de faire explicitement signifier au roi Arthur de changer ses habitudes. Je n’ai jamais autant ri à une version du « Ah, c’est pas bien ? Bah on ne le fera plus alors », sortant de la bouche d’un Arthur jusqu’ici pansexuel et fort énamouré de ce grand niais de Perceval.

Pour des récits plus épiques et moins merveilleux, je vous suggère plutôt la chanson de Roland ou le cycle de Guillaume d’Orange, dit Guillaume au Court-Nez.

Sagas épiques

Vous avez sans doute aussi entendu parler des sagas nordiques, notamment L’Edda poétique de Snorri Sturlusson, ou germanique avec L’Anneau des Nibelungen. Mais si, souvenez-vous, on parle d’un anneau maudit trouvé dans le trésor d’un dragon… et son itération la plus célèbre, Le Seigneur des Anneaux par J.R.R. Tolkien, est encore très populaire aujourd’hui ! J’ai personnellement adoré le téléfilm L’Anneau sacré de 2004. Tant que j’en suis à conseiller ce type de film, Beowulf, la légende viking de 2005 est une adaptation très touchante de cette légende anglo-saxonne.

Un patrimoine commun à l’humanité

J’aimerais faire un tour complet de ce genre si riche et unique, mais je pense qu’il est impossible d’être exhaustive et je mentionnerais simplement que les récits issus d’autres cultures sont tous fascinants à découvrir. En Mésopotamie, l’épopée de Gilgamesh ; en Inde, le Ramayana, au Japon, le Dit du Genji ; ou encore en Chine, Le Voyage en Occident… Si vous parlez anglais, je vous recommande le résumé hilarant de Overly Sarcastic Productions de ce dernier mythe, sur une vitesse de lecture de 0,75 car son autrice parle avec autant de passion que de vélocité.

Et pour les anglophones toujours (désolée, c’est la langue du siècle), la série chinoise The Untamed vous propose une aventure épique, filmée avec les pieds mais avec beaucoup de cœur. Privilégiez le montage de la Special Edition si vous saignez des yeux dès le premier épisode. Les francophones exclusifs, vous devrez vous contenter du montage expérimental et kitchissime de la version originale

Notre approche de la Fantasy

En pratique, le merveilleux comprend les autres genres fictifs, puisque le fantastique consiste en une éruption du merveilleux dans le quotidien réaliste, et que la science-fiction est une interrogation merveilleuse sur notre monde réel. La distinction est cependant floue. La classification d’une œuvre dépend de définition qui permet de la mettre en place.

Pour les éditions du Transimaginaires, les œuvres merveilleuses désignent celles où les aspects magiques d’un monde y sont intégrés, sans ambiguïté (qui relève du fantastique) et sans volonté de les rationaliser (ce qui relève de la science-fiction).

La nouvelle Vulka de L.A. Morgane correspond notamment à cette définition parce qu’elle se déroule dans un univers où des créatures de lave se créent elles-mêmes. Les êtres humains sont absents du récit, et l’autrice ne cherche pas à expliquer l’existence ou le fonctionnement de ce monde. C’est une exploration du soi qui relève davantage de l’allégorie et de l’introspection.

Définir le genre merveilleux est d’autant plus difficile qu’on l’appelle aujourd’hui fantasy, alors qu’il s’agit aussi de l’un de ses sous-genres… Pour en apprendre davantage, je vous conseille la série d’articles du Pangolin sur le sujet. Et retrouvez tous nos articles sur notre page d’actualités !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrez nos P·I·Ps !

La prochaine étape de notre implantation sur Terre consiste à proposer des Portails Interdimensionnels de Poche.

Grâce à la souplesse et la légèreté de leur petit format, vous pourrez les transporter partout avec vous !

Vous les trouverez sur notre site dès que nous aurons compris comment fonctionne l’administration terrienne…

À venir : Voyages Stellaires

Une fois que nous aurons mis en place les P·I·Ps (Portails Interdimensionnels de Poche), nous voulons instaurer des moyens plus conséquents pour traverser les dimensions.

Nos équipes de recherche travaillent donc sur d’élégants véhicules de traversée Inter-Dim, grands et solides, optimisés pour le Voyage Stellaire.

Ces formats prestigieux seront proposés en éditions limitées, dans le but de proposer des ouvrages aussi variés qu’inoubliables.

Veuillez vous enregistrer pour accéder au Transimaginaires

DÉPART : Votre dimension > DIRECTION : Les autres mondes